carte bar réglementation 48ieme parallele bretagne france europe

▷ Réglementation de la Pêche au Bar 2019

Le conseil européen a validé le 19 décembre 2018 un accord sur les quotas 2019 pour la pêche. Vous pouvez consulter le texte officiel parut au Journal officiel de l’Union européenne L 29 Législation 62e année du 31 janvier 2019 concernant la pêche récréative du bar pour 2019 (Il s’agit de l’article 10). Voici donc la synthèse de la réglementation de la pêche au Bar 2019 pour les pêcheurs récréatifs :

Carte Réglementation pêche au bar 2019 Bretagne

Au-dessus du 48ième parallèle,

Atlantique Nord, Manche et mer du nord (voir la carte)

  • de janvier à mars 2019: zéro(0) prélèvement.
  • d’avril à octobre 2019 : prélèvement autorisé d’un(1) bar/jour et par pêcheur
  • de novembre à décembre 2019: zéro(0) prélèvement.

En-dessous du 48ième parallèle :

  • Toute l’année trois(3) bars/jour et par pêcheur pour les pêcheurs récréatifs

Rappelons que la maille reste à 42 cm minimum pour les pêcheurs récréatifs, au Nord comme au Sud du 48ieme parallèle.

Source : Le site du Conseil européen ici (EN).

Réflexions sur cette réglementation de la pêche au Bar 2019

On se félicite de laisser un repos biologique au bar de novembre à Mars inclus au Nord (analyse de l’Ifremer). Cependant, beaucoup d’interrogations persistent sur bien fondé de cette décision :

La limite du 48ième Parralléle

Pourquoi avoir conservé cette limite/frontière imaginaire ? En effet, elle n’a strictement aucun fondement scientifique : Les stocks sont confondus et il a été prouvé que le bar circule entre ces deux zones.

Pêche sur frayères

Ce sont les zones au large où le poisson se concentre pour se reproduire. Ce sont des lieux connus et identifiés qui peuvent même se trouver sur internet si l’on cherche un peu. Il faut absolument sanctuariser ces zones et que la pêche y soit rigoureusement interdite ! Surtout au chalut. D’autre part, il est absolument anormal de retrouver du Bar sur les étals de nos supermarchés lors de la période de reproduction. Je vous invite d’ailleurs à rejoindre l’excellent groupe FaceBook Le bar hors des étals de janvier à mars

Et puis…

2 solutions me viennent à l’esprit :

Le modèle Canadien

Pourquoi ne pas s’inspirer du modèle canadien ? Pour qu’on en parle plus une bonne fois pour toute. Le Canada a aussi été confronté à une quasi-disparition du Bar Rayé et voici comment ils ont agit dans le Golfe du Saint-Laurent :

  • 1996 : Pêche commerciale au bar rayé interdite (oui-oui, vous avez bien lu : Pêche Pro interdite)
  • 2000 : Pêches récréative et autochtones interdites
  • 2004  :Le bar rayé est inscrit sur la liste des espèces menacées en 2004.
  • 2013 : Réouverture de la pêche récréative et autochtone.

Depuis, le bar rayé du Golfe du Saint-Laurent a vu ses stocks considérablement augmenter. Il deviendrait même pour certain une menace car il s’attaque aux saumoneaux.

Le permis de pêche en mer

Pourquoi ne pas mettre en place des bagues payantes avec des contrôles pour que les pêcheurs ne soient plus considérés comme des « cueilleurs » mais bien comme des « gestionnaires » de leurs environnements. Un peu sur le même modèle que la chasse. Personnellement, je suis un peu partagé sur l’idée d’un permis de pêche en mer car l’océan est encore l’un des derniers espaces de liberté et je préférerai largement une prise de conscience collective et que chacun devienne responsable…

En conclusion

Cette réglementation de la pêche au Bar 2019 manque clairement de cohérence. J’en arrive à me demander si dans quelques décennies les poissons à l’état sauvage existeront encore. Nous ne verrons peut être plus que de l’élevage… L’effort demandé à la pêche de loisir est considérable. Cependant cela ne suffira pas à préserver le bar si la pression de la pêche professionnelle n’évolue pas aussi à la baisse.

Je suis assez pessimiste concernant l’avenir des poissons en France et dans le monde. En effet, personne ne se rend compte qu’on va droit dans le mur et aucune mesure concrète n’est prise. En effet, même si la mer est grande, les stocks de poisson sont limités. Regardez ce qui se passe en baie de Somme par exemple… Baisse de 80% de l’abondance de poisson en 30 ans ! oui-oui, 80% !

Mais bon, avant que l’on y vienne de l’eau coulera certainement sous les pont. Et vous excuserez mon cynisme mais pourquoi s’inquiéter tant que Douarnenez vit de la sardine, que Paimpol ne compte plus les compagne à la morue et que toutes les rivières Bretonnes voient remonter des milliers de saumon chaque année ? Je ne sais pas pour vous mais je suis triste à l’idée que dans un avenir pas si éloigné mes enfants ou petits enfants risquent de ne pas avoir la possibilité de pêcher de bar.

Et puisqu’il n’y a pas que le bar dans la vie pourquoi ne pas essayer de pêcher le mulet ou le lieu ?

A voir aussi : Calendrier des saison de pêche

▷ Réglementation de la Pêche au Bar 2019
4.3 (86.67%) 12 vote[s]
Envoyez cet article à vos amis pêcheurs !

2 Comments

  1. eric dannevald8 mars 2019

    L’acharnement est toujours porté sur les mêmes, le bar à 42 cm pour tout le monde, pro y compris. L’interdiction totale de sa pêche et de sa commercialisation sur ses périodes de frai. Pour moi ce serait les seules vrais décisions à prendre. Idem pour la dorade grise dont les stocks fondent comme neige au soleil et j’en passe sur les autres espèces qui suivent le même chemin. Les pêcheurs doivent aussi se responsabiliser, pourquoi prendre trois bars par jours c’est beaucoup trop, pour remplir les congélateurs?.

    Répondre
    1. Norbert8 mars 2019

      Merci Eric pour ton commentaire qui va tout à fait dans le sens de cet article et je l’espère, de tous les pêcheurs qui sont un minimum responsable et soucieux de la réserve.

      Répondre

Laisser un commentaire

Scroll to top